Diffusion et compréhension de l'information dans l'espace public

Visuel pour ce projet

De quelle manière est-il possible par le numérique d'améliorer la diffusion et la compréhension des informations de l'espace public et institutionnels ?

 

Contexte

La grande majorité des acteurs territoriaux, qu’ils interviennent dans le domaine économique, institutionnel, culturel, social ou autre, communiquent désormais par des sites et applications mobile (information, achat, démarche en ligne…). Si cette communication répond largement aux attentes de l’utilisateur lambda, elle peut être mal adaptée, voire difficilement compréhensible par certains car ne pouvant pas la décoder : les publics vulnérables (personnes en situation de précarité, migrants…) pour les démarches administratives, les publics non francophones (touristes, migrants…) pour l’offre médicale d’urgence (pharmacies de garde, hôpitaux…), etc.

Proposer des parcours thématiques spécifiques à ces publics, via une application mobile par exemple, leur permettrait (1) d’accéder à une sélection de lieux correspondant à leurs besoins, (2) d’obtenir les informations relatives à ces lieux (adresse, horaires…) et de mieux en comprendre le fonctionnement, (3) de les localiser sur la cartographie proposée (OSM, Google Map…) et (4) de connaître l’itinéraire pour s’y rendre (à pied ; en mode combiné : marche/tram/bus ; selon leur éventuelle contrainte physique de déplacement pour les personnes à mobilité réduite…). Cette application pourrait lire les informations pour les malvoyants et les publics non alphabétisés, et être multilingue (écrit et oral) pour les publics non francophones.

Sur le même principe et dans cette même application, l’exploitation des données personnelles numériques de l’utilisateur (touristes ou primo-arrivants par exemple) ou l’utilisation de mots clefs permettrait de mieux cibler ses intérêts et proposer ici aussi des parcours spécifiques : parcours « nature », parcours « vieilles pierres », parcours "shopping"… L’information sur les lieux proposés pourrait être enrichie par l’utilisation de la réalité augmentée. Ces parcours pourraient être affinés en fonction du temps disponible de la personne, de sa localisation, de son budget...

 

Référents: Nathalie AUGER (PRAXILING/UPV-M3) & Jean-Charles DENAIN (UPV-M3)

 

►►► Oui, je m'inscris  !

 

 

(image: i-stock, COMUE-LR)