Santé des étudiants

Visuel pour le projet

Les récentes études constatent que la santé des étudiants se dégradent au fil des années, par manque d'argent, par une absence de solutions adaptées, par un accroissement des comportements à risque...

Le numérique peut-il contribuer à assurer un meilleur suivi sanitaire, à mettre en place des services plus adaptés à cette population spécifique ?

 

Contexte

Dans le cadre d'un sondage réalisé par l'Observatoire de la Vie des étudiants (OVE) de l'Université Paul-Valéry Montpellier 3 en 2014-15, 88% des répondants déclarent avoir une couverture complémentaire (mutuelle, assurance ou CMU), 6% n'en ont pas et 6% ne savent pas. Par ailleurs, 35% des étudiants interrogés ont déjà renoncé à consulter un médecin, principalement pour des raisons financières (dans 60% des cas). Parmi les étudiants qui n'ont pas de couverture complémentaire, c'est 7 sur 10 qui renoncent aux soins pour ces mêmes raisons.

 

Structure porteuse du projet

Service Universitaire de Médecine préventive et promotion de la santé en faveur des étudiants (SUMPPS) de l'Université Paul-Valéry Montpellier 3

 

►►► Oui, je m'inscris  !

 

(image: i-stock, COMUE-LR)